T.P.E. 1ere S - Année 2015/2016

LA CONSERVATION DES CORPS

Quels procédés adopter afin qu’un corps échappe aux différentes étapes d’une thanatomorphose?

La putréfaction

La putréfaction est due à la décomposition et la liquéfaction des tissus organiques sous l’influence prépondérante des germes (=microbes = bactéries + levures + moisissures), entièrement contenu par l’individu. Ces bactéries (non-pathogènes) sont surtout présente dans l’intestin, et ne passe normalement pas à travers la paroi. Quatre étapes sont a discerner lors de la putréfaction ; la période initiale, la dilatation, le pourrissement et le dessèchement. Pour la première étapes les orbites se vident puis nous pouvons observer un étirement de la bouche qui se transforme en sourire.

 

Pour la dilatation, on observe une dégradations des cellules de la muqueuse (couche qui recouvre l’intestin), entraîne la protéolyse, par l’autolyse, des microbes et des champignons dans les vaisseaux. Les acides aminées produit par la protéolyse (décomposition des protéines en plusieurs morceaux) sont attaqués par certaines enzymes, les décarboxylases microbiennes, (ce qui éjecte une petite molécule de CO2) : les acides aminés sont alors transformés en amines biogènes qui sont des molécules synthétisées par l'organisme et comportant un groupe amines(-NH2). Ce phénomènes créé ainsi leur acheminement dans tout le corps par la circulation post-mortem.

 

En effet, suite à celle-ci le système artériel se vide par gravité. En revanche, un régime saprophytique (qui ne nourrit de matière organique en décomposition) pour les bactéries apparais à la place du régime symbiotique (ou les deux espèces sont intimement liées et dont chacune est nécessaire à l’autre pour vivre). L'acide aminé « lysine » se transforme en amine aussi appelé cadavérine de formule NH2-(CH2)5-NH2. La cadavérine se nomme aussi 1,5-diaminopentane car cette molécule a une chaîne carboné de 5 atomes de carbone, et que deux groupes amines NH2 se retrouvent respectivement en 1 et 5.

 

L'acide aminé « ornithine » se transforme en diamine qui porte le nom de putrescine de formule NH2-(CH2)4-NH2. Ces deux amines sont particulièrement remarquables puisque ce sont elles qui donnent les odeurs nauséabondes caractéristiques de la chair en putréfaction, celles qui attirent les insectes charognards.

 

La putrescine est un composé organique de formule NH2(CH2)4NH2 appartenant à la classe des diamines (polyamine contenant deux groupes d'amines).La putrescine a pour nomenclature: butane-1,4-diamine, car sa plus longue chaîne carbonée est de 4 atomes carbone (butane, et que 2 groupes amines se retrouvent respectivement en 1 et 4eme position.

 

On parle de putréfaction quand la putrescine prolifère dans le corps, signe de sa décompositions par les bactéries du tube digestif. Les bactérie de la flore intestinale commencent à décomposer les intestins et ensuite les autres organes.

 

Les micro-organismes, comme tout être vivant, doivent trouver des nutriments important pour leur propre construction cellulaire et leurs besoins en énergie ( soit du carbone, dioxygène, hydrogène, azote, soufre, phosphore). Ils vont donc consommer, dégrader les molécules organiques complexes des tissus du cadavre (principalement les protéines : de longues chaînes d'acides aminés imbriquées sur elles-mêmes et les unes dans les autres).

 

 La modification des protéines va se faire en plusieurs étapes :

 

Cette première étape rendra la protéine affaiblie, plus sensible aux attaques enzymatiques car elle aura perdu sa fonction biologique

 

 

Rappelons que le rôle des enzymes est d'accélérer de façon vertigineuse la vitesse de réaction de dégradation du corps, aussi appelée biocatalyse.

 

Ainsi, nous pouvons observer que le métabolisme bactérien dégage des gaz comme lors de l'autolyse provoquant ainsi un gonflement des zones du corps humain contenant le plus de bactérie (entre autre l'abdomen, la bouche ou les organes génitaux). De plus, il n'y a plus présence de muscle, plus de sphincter efficace, avec la pression intra-abdominale créée par les gaz les selles sont poussées hors du corps.

 

En revanche, c'est aussi lors de cette période que nous assistons à la coloration marron-rouge foncé de la peau, puis devient transparente, laissant apparaître les vestiges de la vascularisation (appelée circulation posthume). Elle est due à la pression abdominale que chasse le sang des gros vaisseaux et du cœur vers les veines. La putréfaction est un mécanisme que favorise en même temps la dissémination des bactéries. Alors, jusqu'à maintenant gonflé, le ventre va s'aplatir pour devenir rabougri, c'est ce changement qui marque le passages à la prochaine étape ; le pourrissement.

 

Pour le pourrissement, un liquide suinte de la peau qui soulève l'épiderme. Puis, de nombreuses phlyctènes apparaissent et la peau des mains et des pieds va se détacher en de larges lambeaux, on appelle ça ; la « mue » ou encore le « décantage » ainsi les cheveux, les poils et les ongles sont facilement arrachés. Le corps noircit. Des liquides ainsi que des gaz sont expulsées par la bouche et le nez, puis les principaux organes éclatent tout en dégageant une forte puanteur.

 

Pour finir, la dernière étapes est très variable, en fonction de l'état d'hydratation ante-mortem ou du climat environnant.

Dénaturation de la chaine peptidique d’une protéine

Dégradation enzymatique

La Biocatalyse

Formule topologique de la putrescine