T.P.E. 1ere S - Année 2015/2016

LA CONSERVATION DES CORPS

Quels procédés adopter afin qu’un corps échappe aux différentes étapes d’une thanatomorphose?

La rigidité cadavérique

La rigidité cadavérique débute en moyenne trois heures après la mort et devient complète entre huit et douze heures. Elle est due à la liaison de l’actine et de la myosine (protéines) et se manifeste par un enraidissement progressif de l’ensemble de la musculature (flexion des bras, extension des jambes).Cet enraidissement est causé par les irréversibles transformations biochimiques qui viennent affecter les fibres musculaires.

En effet, la coagulation de la myosine ( qui joue un rôle fondamental dans la contraction musculaire en relation avec l’actine) provient du fait, qu’au moment du décès, les pompes ATPasiques (qui synthétise l’ATP, source d’énergie de la cellule) s’arrêtent. Cette synthèse de protéines fait intervenir du calcium.

Lors de cette synthèse, les pompes n’occupent plus leur fonction (de rejet des ions) ainsi, le calcium va s’accumuler à l’intérieur des cellules musculaires et former des ponts entre la myosine et les molécules d’actine

Celles-ci, normalement mobiles les unes par rapport aux autres vont permettre la contraction musculaire. Ce phénomène reste prépondérant pendant deux, à trois jours puis disparaît pour laisser place à la putréfaction ( en rapport avec l’autolyse et la destruction de la structure des filaments d’actine et de myosine).