T.P.E. 1ere S - Année 2015/2016

LA CONSERVATION DES CORPS

Quels procédés adopter afin qu’un corps échappe aux différentes étapes d’une thanatomorphose?

Le refroidissement du cadavre

Le phénomène de l’autolyse est immédiat, il intervient deux heures après le décès car les cellules sont privées de leurs apports nutritifs, sucres, O2, etc.... Ceci provoque l’autodestruction des cellules par leurs propres enzymes. L’absence de l’apport des nutriments vers les cellules provoque leur mort, également nommée nécrose cellulaire.

 

En effet, les enzymes contenus dans les lysosomes ( compartiments cellulaires qui ont pour fonction d’être des sortes de “poubelles” dans la cellule ) sont libérés. Les cellules subissent l’autodigestion ou autophagie.

 

Ce phénomène provoque la semi-perméabilité de la membrane, l’eau entre ainsi dans la cellule. D’autre éléments ( potassium, sodium) sont susceptibles d’être éjectés des cellules, celles-ci grossissent en gonflent. Tout est amené à disparaître ( membrane, noyau ) de manière progressive, même la colorabilité sera modifiée. Cependant, la matrice de la cellule ( fibre ) qui elle peut résister, sera également modifiée au bout d’un certain temps. Certaines cellules sont plus résistantes que d’autres, la peau par exemple est très résistance tandis que le pancréas s’autolysera très rapidement.

L’autolyse touche progressivement tous les tissus. Lorsque ceux des parois intestinales sont touchés, les bactéries qui s’y trouvent ( les microbiotes ) vont être libérées

 

De l’extérieur, ces changements sont constatés. Le corps perd de sa chaleur, les premières parties du corps à subir cette diminution sont le visage et les extrémités. Certaines zones vont rester à une température proche de celle du corps humain lorsque celui-ci est vie ( périnée, creux axillaires ... ). On atteindra par la suite une homogénéisation de la température corporelle avec la température ambiante. Selon les caractéristiques de l’individu ( âge, poids, mode de vie... ) et le lieu dans lequel il se trouve, les observations sont variables. Le changement de température sera responsable de l’acidification des viscères.